Camille au coeur de l’enfer

Tu aimes les Trails ? Ouiii (*Foule en délire*)

Tu aimes les Buttes ?? Ouais, ça peut être sympa !

Tu aimes l’Enfer ??? Euh ok là ça devient étrange…

20171107_070001Eh oui, c’est bien sur le « Trail de l’Enfer des Buttes » que je me suis lancée le Samedi 04 novembre en compagnie de mon frère.

Alors déjà il faut l’avouer, le nom ne donne pas du tout envie de s’inscrire… mais c’est sans compter sur mon frère qui est bien plus casse-cou que moi. Ni une, ni deux, la Famille Zed est in the place !

Je ne me souviens plus comment nous l’avons déniché mais nous étions en quête de nouveaux défis et avec seulement un trail à notre actif (le Trail des Fonds de Cayenne et l’Oxytrail avec Les Running Roses pour ma part), nous souhaitions tenter un premier Trail nocturne d’une distance raisonnable.

Celui-ci était donc idéal : 14km et 250D+, en Ile de France, à seulement 1 heure de route, dans une petite ville du nom de Marines (95).

Attardons-nous juste un instant sur les préparatifs. Oui parce qu’un trail, ça se prépare. Ce n’est pas comme une course classique, où tu dois juste choisir ton plus beau short assorti à ton bandeau jaune fluo fétiche.

Non, non, là c’est vérification du matériel o-bli-ga-toi-re, car il s’agit d’un trail en « semi-autosuffisance », donc on check : Téléphone portable – Réserve eau et énergétique – épingles ou porte-dossards – Lampe frontale – Gobelet – Chaussures de trail (of course).

Et si ta frontale ne fonctionne pas, tu ne cours pas car on ne te donne pas ton dossard !!

Nous avons donc dû nous équiper et investir, pour ma part dans des chaussures de Trail Salomon (j’ai déjà testé le trail en Running et j’avais bien fusionné avec le sol) et dans une frontale Décathlon (testée et approuvée) !

Nous voilà donc partis pour 1 heure de route, GPS activé vers la ville de Marines (Enchantée ! On en découvre des villes grâce aux courses).

Trail très bien indiqué, parking prévu pour l’ensemble des participants. D’ailleurs, nous n’étions vraiment pas nombreux, 319 participants, ça change des plus de 40 000 du Semi de Paris !!

Des bénévoles très souriants & accueillants, au taquet et déguisés pour l’occasion (Halloween). Organisation au top !

IMG-20171106-WA0001Après avoir récupéré notre dossard, notre sublime T-Shirt orange et la puce de chronométrage à accrocher à nos chaussures (j’étais persuadée qu’elle n’allait pas tenir), nous voilà tous rassemblés dans le gymnase de la ville pour écouter le Briefing de la course.

Alors là personnellement je bloque. Je me dis « Whaaat, pourquoi avons-nous besoin d’être briefés ? On court et on avance Basta, non ? ».

QUE NENNI Ignorante, le Briefing est ultra important : c’est THE moment pendant lequel on t’explique le parcours, les parties techniques et on te donne de précieux conseils… Il faut être super attentif !

Résumé de notre briefing :

  • Mouise totale, merci la pluie ! Attention dans les montées, Attention dans les descentes, finalement même Attention sur le plat…
  • Autre point primordial : « Si vous ne voyez plus de balises pendant 300 mètres c’est que vous êtes perdus ».. Perdus ? Comment ça perdus ? Moi perdue ?

Là je flippe et je bloque de nouveau : moi la trouillarde, la fille sans aucun sens de l’orientation, qui se perd à Carrefour, qui glisse de jour à Gare du Nord (véridique), comment vais-je réussir à faire ces 14 km dans l’obscurité la plus totale ?

Et bien croyez-le ou non, mais l’ambiance conviviale de cette course, la présence de mon frère, le soutien mental de ma Team de copines, et mon envie de me dépasser, m’ont donné confiance en moi et envie d’en démordre avec ce Trail !

!!! TOP DEPART !!! Les gens crient comme des fous alors que nous nous élançons dans le noir sur une musique moitié métal, moitié flippante. Les gens sont enragés, HEUREUX d’être-là.

20171104_174751(0)Et moi aussi ! Vraiment !!

….Enfin jusqu’à ce qu’on atteigne une première butte, que dis-je une montagne à gravir…

Ca y est, après à peine 500 mètres de course, j’étais déjà K.O, battue par la première montée hardcore du parcours alors qu’il me restait encore + de 13 km.

En plus j’avais déjà perdu mon frère, puis retrouvé plus tard, puis reperdu à nouveau : je ne le retrouverai jamais (enfin si hein, mais seulement à l’arrivée).

Bref, 14 km, 250D+, 319 participants, autant de frontales, 2 personnes ramassées par terre, 6 tonnes de boue amassées sous mes chaussures, 3 buttes insurmontables dont 1 passage avec des cordes (sérieusement ?), 1 labyrinthe (sérieusement ?²), 1 ravitaillement au 8ème km (simple mais efficace), une 20aine de bénévoles (là, seul dans le noir qui t’acclament comme jamais), une 100aine de balises phosphorescentes que tu chéris de tout ton cœur, 195 fois les pieds dans la boue, 1 copine faite dans le noir (l’angoisse rapproche les gens), pléthores de montées, pléthores de descentes (maîtrisées grâce à mes super crampons), 1 arrivée en fanfare dans un nuage de fumée, 1h54 de course et 1 buffet PLUS TARD…

…je peux dire que ce Trail était totalement FOU & que j’ai ADORÉ !

Et vous savez quoi ? JE NE SUIS MÊME PAS TOMBÉE !!

Mon équipement de Trail :

  • Gilet Salomon S LAB SENSE ULTRA 5 SET avec 2 Gourdes
  • Frontale Décathlon
  • Veste de pluie Décathlon (avec casquette et foulard intégré)
  • Chaussures Salomon SpeedCross 4
  • Montre Garmin 735XT

 


Une réflexion sur “Camille au coeur de l’enfer